Horace

Volume 1

Jean-Claude Poirier

Colorisation : Bilitis Poirier
Préface : Maël Rannou

264 pages couleur
21 x 28 cm

N° coll : REV031
Prix TTC en France : 35 €
ISBN : 979-10-96119-79-0
Parution : mars 2024

Ouvrage soutenu par le CNL

Une série unique dans l’histoire de la bande dessinée francophone.

Fidèles à leur ligne patrimoniale et avec la collaboration de Bilitis Poirier, sa fille et ayant droit, les éditions Revival ont décidé de sortir de l’oubli l’un des auteurs les plus talentueux, prolifiques et poétiques de l’histoire de la bande dessinée française : Jean-Claude Poirier.

À la suite de Supermatou, voici donc Horace le cheval de l’Ouest, l’alter ego de Jolly Jumper. À l’instar du compagnon de Lucky Luke, Horace est doté de la parole. Mais, son cavalier le comprend et dialogue avec lui. Horace est baptisé ainsi tandis que celui qui le monte, un cow-boy, n’a pas de nom ! Un renversement disruptif, allié à une poésie graphique et narrative, les deux mamelles de Poirier.

L’ensemble forme un ensemble de gags drolatiques et humanistes d’une à sept pages, et qui n’a jamais connu d’interruption majeure dans Pif Gadget de 1970 à 1978. Un seul album en fut tiré, en 1975, aux éditions du Kangourou.

Jean-Claude Poirier

Jean-Claude Poirier était un auteur particulièrement singulier. Un original, comme Jean-Claude Forest. Un poète, comme Fred. Les nombreux lecteurs qui l’ont lu dans Pif au cours des années 1970 ne l’ont jamais oublié. Il fut l’un des rares génies français de la bande dessinée d’humour. Hélas, ce qui l’a desservi, à l’instar d’autres génies français, réalistes ceux-là, Alexis, voire Yves Chaland, c’est d’être décédé prématurément à l’âge de 38 ans. Jean-Claude Poirier naît à Paris le 14 décembre 1942. Il commence sa carrière au début des années 1960 dans Bibi Fricotin. Pendant que Forest dessine les aventures de Charlot, Poirier illustre celle du clown Achille Zavatta. En 1969, comme l’avait fait Pellos avant lui, il réalise pour le journal L’Équipe une BD sur le tour de France. Il dessine également les aventures de Cactus Papa, sur des scénarios de Lob, dans le journal Record. Durant dix ans, il dessina pour Pif Gadget les aventures d’Horace, cheval de l’Ouest, puis de Supermatou. Son trait rondouillard, son utilisation du lettrage et des onomatopées et surtout, surtout, son humour vache, entre finesse et absurdité, n’ont pas fait école : ils étaient le fruit d’un artiste à l’imaginaire graphique et narratif plus que fécond.